Je dois avouer que j’étais blogueur avant de devenir doctorant. Probablement bloguodépendant même.

J’ai lancé mon premier blogue, CultureLibre.ca, en 2005 sur les thèmes du droit de l’information, puis un autre, Outfind.ca, en 2011 pour mon travail de bibliothécaire pour l’École de gestion de l’Université Concordia. J’ai aussi un blogue personnel, j’aide mon beau-frère et ma belle soeur pour la gestion du blogue de leur pourvoirie ainsi que d’autres projets plus ou moins exigeants… pour un total d’une douzaines de blogues.

Bloguer pour moi constitue l’exercice suprême de réflexion critique. Quiconque s’intéresse à un sujet peut facilement se renseigner et lire une multitude de textes dans Internet ou sur papier. Mais il n’est pas donné à tout le monde d’écrire sur un sujet.

Le blogue, selon moi, constitue non seulement un exercice d’écriture continu mais aussi un carnet afin de consigner réflexions, liens, lectures et autres bribes intellectuels. Le blogue devient rapidement une carte de visite intellectuelle, un sommaire imparfait mais réel de notre cheminement intellectuel. En plus, le blogue devient un avatar au sein d’une communauté virtuelle dans Internet.

C’est pourquoi je tiens à Doctorama.ca et je remercie Florence Piron de l’avoir lancé et l’Association science et bien commun de le parrainer. Je tenais à y participer afin de partager mes expériences de blogueur, surtout depuis que j’ai débuté mon doctorat.

Au début, je pensais naïvement bloguer mon doctorat – rien de tel pour motiver l’auteur en soi que de s’exposer en temps réel. Depuis, ma perspective a un peu changé. En quelque sorte, je blogue les notes de bas de page de mon doctorat. J’y consigne des résumés de lecture mais aussi des listes de documents à lire. J’y envoie des diatribes, laïus et autres exposés qui ne cadrent pas dans ma thèse. Je tiens aussi une veille documentaire sur les développements de mon domaine. Un carnet personnel, partagé, ouvert, en temps réel.

Pour voir un exemple, veuillez suivre ce lien vers la catégorie LLD de mon blogue CultureLibre.ca. Vous pouvez aussi visionner cette conférence que j’ai prononcé à l’ACFAS l’an dernier sur le blogue d’un doctorant:

Conférence : Le blogue du doctorant from Science et bien commun on Vimeo.

Pour tout dire, le blogue est un outil qui permet de consigner réflexions et de fléchir son muscle d’auteur. L’exercice d’écriture de la thèse en bénéficie grandement.